PARCOURS

Enfant, je passais le plus clair de mon temps à m’envoler dans mon imaginaire et à créer dans la matière. L’état dans lequel je baignais durant mes expériences d’artistes en herbe me ravissait. Le résultat n’était qu’un joyeux prétexte.

Comme tous les enfants, j’aimais le chemin de la créativité plus que tout.

« La créativité n’est pas un mouvement solitaire. C’est là son pouvoir. Tout ce qu’elle touche, tous ceux qui l’entendent, la voient, la sentent, la connaissent, elle les nourrit. »

Clarissa Pinkola Estès

Cette aisance à créer s’est lentement appauvrie au sortir de l’adolescence. Des études réflexives en sociologie et psychologie ont nourri ma tête mais ont intensifié une coupure intérieure. J’avais soif d’expériences vécues, éprouvées dans mon corps et mes gestes.

J’ai commencé une thérapie jungienne et en parallèle je me suis formée à la pratique du Rêve éveillé. Grâce à ces outils introspectifs, j’ai compris qu’il me fallait à nouveau irriguer mon être avec la créativité. Celle qui est pure, celle de l’enfance.

La céramique est venue comme une évidence. J’ai été formé à la Maison de la Céramique de Dieulefit et j’ai ouvert mon atelier dans la foulée. Je m’appropriais un savoir-faire qui m’exaltait et je rêvais d’un art de vivre. Je l’ai façonné en vivant très proche de la Nature, dans une ferme. J’ai appris à m’occuper d’animaux et à rendre la terre fertile.

C’est le désir d’accompagner les autres qui m’a donné l’impulsion pour entreprendre une formation en art-thérapie. En vivant de l’intérieur le processus de guérison de l’art-thérapie, j’ai retrouvé un élan de vie insoupçonné.

Depuis, j’ai à cœur d’accompagner les personnes sur leur chemin de transformation intérieure par la créativité.

Et voici quelques images des coulisses… avec cette vidéo de mon premier atelier dans la Drôme en 2015!

Réalisée par Olivier Sybillin.